Mianon Nahyé Kpessi

Ambassadrice et gardienne des traditions du Vodou, Représentante du Bénin au niveau mondial, accompagnatrice spirituelle et militante depuis des années pour le droit à la scolarisation des filles du couvent, Mianon Nahyé Kpessi Ko’ndodo Todegla est Reine mère et Vice-Présidente du Conseil National des Cultes Endogènes du Bénin. Elle est aussi Secrétaire des cultes Mami Dân du Bénin. Elle fait partie de ces nombreuses femmes à travers le monde qui se battent pour l’épanouissement de  la femme dans la société.

Par son festival Djogbé miton Nahyé, son objectif est de redonner à la femme (sacrée) la place qui a toujours été la sienne au sein de la société, de la tradition, place qui leur a été pendant longtemps usurpée par les hommes. Face aux enjeux de la mondialisation et de la globalisation, il est primordial de concilier vis-à-vis de ces filles, l’éducation du couvent, des pratiques endogènes pour rester connecté à la tradition et l’éducation de l’école pour non seulement les instruire mais aussi leur permettre de rester connectées à la tradition. Dans  cette optique, un projet de plus grand envergure a été initié. Il vise, par la construction d’un institut d’initiation et de formation Vodou, qui n’a rien de satanique selon elle et qui va permettre à la jeunesse, aux étudiants de se reconnecter à leur racines, à leurs traditions et d’avoir une vie spirituelle assez équilibrée. Des tournés et campagnes ont d’ailleurs été organisées dans ce but et ont connu un grand succès. Mianon Nahyé Kpessi Ko’ndodo Todegla possède également des temples en Europe et aux USA afin de permettre à la Diaspora de ne pas rester en marge du mouvement.

Mianon Nahyé Kpessi Ko’ndodo Todegla

Elle invite aussi toutes femmes leaders, qui sont à des postes généralement destinés aux hommes à chaque fois réactiver leur énergie spirituelle afin de rester performantes. Le festival qui en est à sa quatrième édition cette année, initié sous le thème La puissance Matricielle au service du développement et de la paix, a pour but, entre autres, d’apprendre à la femme comment utiliser son énergie matricielle pour améliorer sa vie et celle de son entourage. C’est aussi un creuset où toutes les différentes religions, qui ne connaissent d’ailleurs aucun conflit entre-elles, se retrouvent pour célébrer la femme. Elle n’a pas manqué de rappeler de continuer le combat contre la Covid-19 à travers le respect des différentes recommandations et prescriptions des autorités.